CODECS Asterisk

G.711

Le G.711 est une norme de compression audio de l’UIT-T qui définit les codages PCM-U et PCM-A, s’appuyant sur les lois de quantification A (Europe, Afrique) ou µ (Amérique du Nord, Japon).

  • Échantillonnage : 8 000 Hz pour une bande passante du téléphone de 300 — 3 400 Hz
  • Bande passante sur le réseau : 64 ou 56 kbit/s
  • Type de codage : MIC (Modulation d’impulsion codée, PCM en anglais)

Son principe repose sur une grille de quantification non linéaire, permettant de diminuer le rapport bruit-sur-signal et l’erreur de quantification pour les sons de faible amplitude. Un codage sur 8 bits en G.711 correspond à une quantification sur 13 ou 14 bits en MIC (PCM en anglais).

La norme G.711 a été révisée en 2000. Elle est la base du transport de la voix sur le réseau téléphonique commuté (RTC, PSTN en anglais) ou sur le RNIS (ISDN en anglais) et est également utilisée pour le transport de la voix avec peu de compression dans certains réseaux IP, comme sur les offres de téléphonie sur les « boxes » ou sur des réseaux locaux IP. Elle est en revanche assez peu utilisée pour faire de la téléphonie directement sur des réseaux étendus comme Internet à cause d’une utilisation importante de bande passante (64 kb/s).


G.722

La norme de codage mondiale G.722 normalisée par l’UIT-T en 1987 permet d’obtenir en voix sur IP une qualité de voix “haute définition” (dite téléphonie large-bande). Cette qualité est obtenue par doublement de la bande de fréquence codée (50-7 000 Hz) par rapport à la qualité téléphonique usuelle dite bande étroite (300-3 400 Hz) produite par le format de codage G.711 (MIC) utilisé en téléphonie “classique” sur les réseaux RTC. L’utilisateur bénéficie donc d’une sensation de présence de son interlocuteur, d’un confort d’écoute et d’une intelligibilité fortement améliorés.

Cette qualité est obtenue au même débit de 64 kbit/s que le G.711 “bande étroite” grâce à la technologie MICDA de codage en sous bande : les parties basses fréquences [0, 4 kHz] et hautes fréquences [4, 8 kHz] du signal sont séparées (par filtrage QMF) puis codées et décodées séparément selon un algorithme de codage PCM différentiel adaptatif (dit codage MICDA). Cette technologie permet en outre au G.722 de fonctionner de manière très flexible (scalable) aux débits inférieurs de 56 kbit/s et 48 kbit/s. Les opérations de codage et de décodage se font échantillon par échantillon et n’induisent donc quasiment aucun retard de codage susceptible de nuire à l’interactivité des conversations et présentent en outre l’avantage d’être peu complexes (environ 10 MIPS) et sont donc peu coûteuses à mettre en œuvre.

Afin d’optimiser l’usage de G.722 en VoIP, des systèmes de protection de la qualité (QoS) audio contre les pertes de paquets IP sont venus enrichir le standard (en Appendices III et IV de la norme). En outre aucun coût de licence n’est associé à ce codec. Le format de codage UIT-T G.722 a été choisi début 2007 par l’organisme de normalisation européen ETSI comme format obligatoire pour les terminaux DECT de nouvelle génération et haute qualité audio. Certains opérateurs (Orange, BT…) ont ainsi pu lancer avec succès des services de téléphonie IP en voix “haute définition” utilisant le format de codage G.722.

Le G.726 est une norme de compression audio de l’UIT-T, utilisée en téléphonie fixe. Elle utilise une “modulation par impulsions et codage différentiel adaptatif” (MICDA) à 40, 32, 24 ou 16 kbit/s.


G.723

D’un point de vue strict, le G.723 faisait autrefois référence à une norme de codec audio de type ADPCM. Cette norme a été très peu mise en œuvre et est aujourd’hui obsolète. L’organisme normalisateur a eu la mauvaise idée de réutiliser une terminologie très similaire, G.723.1, pour désigner une autre norme de codec audio infiniment plus populaire, de type vocodeur. Aujourd’hui encore la confusion règne et la dénomination G.723 désigne dans le jargon courant ce qui devrait s’appeler G.723.1. La suite de cet article suit l’usage courant et le terme G.723 désigne la norme ITU-T G.723.1.

Le codec G.723 est avant tout un codeur de voix. Son algorithme fait l’hypothèse que le signal traité correspond à une voix humaine occidentale. En particulier, il se révèle de qualité médiocre pour le codage de signaux non vocaux (musique, …).

Le G.723.1 est normalisé pour deux taux de compression, à savoir 5,3 et 6,4 kbit/s. Ces deux débits correspondent à deux types de codage différents, il ne s’agit pas d’un simple ajustement. La version à 6,4 kbit/s est d’une qualité légèrement supérieure à la version 5,3 kbit/s: la note MOS du 6,4 kbit/s atteint 3.9, contre 3.65 pour le 5,3 kbit/s. Ces deux codecs ont une latence algorithmique de 30 ms.

La norme ITU-T G.723.1 est pourvue d’une annexe qui définit un comportement différent du codec lorsqu’un silence est détecté. Cet algorithme supplémentaire est dénommé VAD/CNG (voice activity detection/comfort noise generation, ou détection d’activité/bruit de confort). Dans ce cas seul le bruit de fond est modélisé et permet d’atteindre un débit extrêmement faible (1 octet toutes les 30 ms) tout en restituant l’ambiance sonore. En prenant en compte le pourcentage du temps où la voix est inactive dans une conversation typique, le G.723.1 avec VAD/CNG conduit à un débit moyen typique de l’ordre de 3,5 ~ 3,8 kbit/s.

Le G.723.1 est surtout utilisé pour la visioconférence et la téléphonie sur IP (VoIP), que ce soit sur signalisation H.323, H.320 ou SIP.

La compression audio G.723.1 est surpassée aujourd’hui, sur le plan de la qualité acoustique et du taux de compression. D’autres codecs ont bénéficié d’avancées en mathématiques et en puissance de calcul qui permettent d’améliorer le compromis qualité/débit. Une des raisons de la pérennité du G.723.1 est la contrainte de compatibilité et d’interopérabilité avec les équipements existants. Un autre aspect militant en sa faveur est sa relative simplicité algorithmique qui lui permet d’entrer dans des terminaux téléphoniques (IP-phone) à très bas coût où la puissance de calcul est limitée.

 TÉLÉCHARGER CODEC  G.723 

Asterisk 1.8

Asterisk 1.1

Asterisk 1.2

Asterisk 1.3

Asterisk 1.4

Asterisk 1.5


G.728

Le G.728 est une ancienne norme de compression audio de l’UIT-T.

Recommandation concernant les protocoles H.320 et H.323 sur l’encodage audio pour la téléphonie et la visioconférence.

Apparenté à la famille des recommandations G.7xx, elle concerne le transport de la voix en qualité “téléphonique”

  • Débits : 16Kbit/s
  • Gammes de fréquences : 300 à 3200 Hz.

Tombée en désuétude, cette norme est à éviter dans de nouvelles implémentations.


G.729

La recommandation UIT-T G.729 définit un codage de la parole à 8 kbit/s par prédiction linéaire avec excitation par séquences codées à structure algébrique conjuguée.

Le codec G.729 est moins consommateur en bande passante que G.711.

Le codec G.729 est :

  • Supporté par la plupart des PABX IP
  • Utilisé pour le codage de la partie audio d’une visioconférence,
  • Rencontré aussi pour transporter de la voix sur IP sur les WAN,
  • Utilisé préférentiellement par les opérateurs de téléphonie.

Depuis janvier 2017, G.729 est libre de redevance déclarée par SIPRO Lab Telecom. Par conséquent G.729 peut maintenant être utilisé sans payer de frais de licence.

TÉLÉCHARGER CODEC  G.729

Asterisk 1.8

Asterisk 1.1

Asterisk 1.2

Asterisk 1.3

Asterisk 1.4

Asterisk 1.5